lundi 25 mars 2019

mort programmée (avec un dessin de Jimmy Poussière)



Nous contemplons l’esprit lucide
Ce qui est mort et révolu

Oh que de temps perdu
À inspecter des caveaux vides

Par goût de l’illusion
Avec un reste de candeur

Nous souhaiterions que nos vies
Ne soient qu’une féerie sans fin

Amour ivresse musique lectures

Mais nous ne sommes plus sensibles
Qu’à la douleur et à la pourriture

La mort est hélas programmée

Elle jette un piètre crépuscule
Sur tous nos actes minuscules



              Le texte appartient au recueil inédit La solitude imaginaire (octobre 2016)
              Frédéric Perrot

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire