jeudi 27 avril 2017

rudement perdu (hommage à Alain Bashung)

Rudement perdu (à la sueur de mon front)

Mes bras connaissent
La menace du futur
Les délices qu’on ampute
Pour l’amour d’une connasse
                       Alain Bashung                      

À tous ceux qui aiment, l’incendié volontaire…


Le salaire de l’amour
Ne m’a pas été versé
J’en ai pourtant sué
Pour un mot un regard

Des horaires impossibles
Et des tâches ingrates
À la chaîne
Sans entorse à la règle
Qui veut
Que l’un aime
Et que l’autre
Se laisse aimer…

Injustice injustice
Qui commence dans l’alcôve

Le salaire de l’amour
Ne m’a pas été versé
J’en ai pourtant sué
Mouillant ma chemise
Pour un mot un regard
Un fantôme de baiser

Des horaires impossibles
Et des tâches ingrates
Corvéable à merci
Homme de peu
Homme de peine…

Car qui croit
Qu’il sera récompensé
N’est qu’un chien
Qui mérite sa laisse…




Pour la musique, impossible de choisir une chanson préférée, donc osons ! 

 https://youtu.be/NiOHAlkNZa8

mardi 25 avril 2017

aucune oeuvre pérenne

Aucune œuvre pérenne

                                   Pour Guillaume, cette rêverie balzacienne


Il me plaît de rêver
À Lucien de Rubempré
À la fin des Illusions perdues

Elégamment vêtu il se promène
Dans les vignes du pays d’Angoulême
Il y cueille des fleurs et marche vers sa mort

Authentique poète
Son vouloir déficient
A donné peu de fruits

Et meurtri dans sa chair
Malgré tout son talent
Il ne laisse derrière lui

Aucune œuvre pérenne
           
Seul un roman historique
Et un recueil de vers exquis
Nommé Les Marguerites !

Revenu de l’enfer de la vie parisienne
Il marche librement vers une mort certaine

Ange déchu
Son bouquet symbolique
De fleurs jaunes à la main

Comme il a fait le malheur des siens
Et qu’à sa grande honte
Il s’appelle Chardon

Il s’en va se noyer
Engloutir dans un trou
Son chagrin et son nom…

Mais il croise alors la route
D’un curieux personnage
Et entre ces deux-là

Le vrai poète
Le faux ecclésiastique
Un pacte diabolique

Est rapidement scellé
C’est un autre roman
Qui commence déjà…

------------------------------

Mais Lucien reste pour moi
Ce pâle enfant éclatant de beauté

Qui marche sous le soleil
Ne se soucie de rien
Et flâne vers sa mort…



 
Honoré de Balzac

scène de chasse (poème)

Scène de chasse


La chasse se poursuit
On traque tranquillement
Dans les rues et les jardins publics

On traque et on tue
Les corps tombent
Comme des feuilles

Et pour la beauté de l’ensemble
Les spectateurs à leurs fenêtres et le vent
Hurlent tant qu’ils peuvent


mercredi 5 avril 2017

le laconisme du bien (poème)

Le laconisme du bien

            Pour Guillaume,

Les assauts en retour
Les violences soudaines
Les perfides butins
Le serpent de la douleur
Son étrange venin
Nous font vils et mesquins
Avares de nos paroles
Laconisme du bien

En ce rêve
La mort incarnée
Est un homme
Au visage glabre
D’une quarantaine d’années
Habillé comme un escroc
Fleur rouge piquée

Nos rêves aussi
Sont tissus de clichés
La foule est si dense
Jusqu’à l’insensé
C’est jour de marché
Et l’homme la mort
Se fraie un passage –

Un brusque sursaut balaie
Tous ces enfantillages

La mort n’est pas
Un personnage

Mais la frayeur intacte
Accompagne longtemps



mercredi 29 mars 2017

l'île mystérieuse



                                                            Maurice Blanchot lisant L'Ile mystérieuse.



Source : France Culture, Les Chemins de la philosophie, émission du 2 mars 2017


           

mercredi 22 mars 2017

la froideur énigmatique (poème)

La froideur énigmatique


Le sommeil de l’imagination
Est un sommeil hébété

Ne laisse pas ton regard accroché
Aux branches des choses vues

Si d’aventure tu es confronté
À la froideur énigmatique

Songe à l’enfant venu avec le vent
Et reconduit à la frontière

------------------------------

N’oublie pas l’étrangeté de la douleur
Les congères du malheur humain

Ne sois pas un témoin docile

Prononce si tu peux
Des paroles de miséricorde

Sors des prisons de ta pensée
Des impasses de l’intelligence dévoyée

Lézarde l’indifférence historique

Extrais-toi de l’armure
Retrouve la sensation perdue

Souviens-toi du présent
Laisse éclore les images

À cette condition seulement
Peut-être te réveilleras-tu ?