mercredi 28 juin 2017

l'arrêt de mort

« Je crois qu’il lui était agréable de forcer la mort à plus de loyauté et à plus de vérité. Elle la condamnait à devenir noble.»  
                                                                         (Maurice Blanchot, L'arrêt de mort)




Les premières lignes du récit 

         « Ces événements me sont arrivés en 1938. J’éprouve à en parler la plus grande gêne. Plusieurs fois déjà, j’ai tenté de leur donner une forme écrite. Si j’ai écrit des livres, c’est que j’ai espéré par les livres mettre fin à tout cela. Si j’ai écrit des romans, les romans sont nés au moment où les mots ont commencé de reculer devant la vérité. Je n’ai pas peur de la vérité. Je ne crains pas de livrer un secret. Mais les mots, jusqu’à maintenant, ont été plus faibles et plus rusés que je ne l’aurais voulu. Cette ruse, je le sais, est un avertissement. Il serait plus noble de laisser la vérité en paix. Il serait extrêmement utile à la vérité de ne pas se découvrir. Mais, à présent, j’espère en finir bientôt. En finir, cela aussi est noble et important. »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire