vendredi 28 septembre 2018

"Ceci n'est pas un poète..."





Non, non, trois fois non ! Je vous assure, vous vous trompez : « Ceci n’est pas un poète… »

C'est bien mieux !
C’est un âne. C’est-à-dire « un mammifère quadrupède ongulé de la famille des Equidés, plus petit que le cheval, à longues oreilles et à l’échine saillante.». Le nom savant de l’âne domestique est Equus asinus.
Je n’ai jamais rencontré un véritable poète, l’espèce étant apparemment en voie de disparition. En tout cas, la description ne me paraît pas correspondre et je vous le demande sincèrement : « Pourquoi les poètes iraient-ils à quatre pattes et pourquoi auraient-ils de longues oreilles ? »

Comme tous les herbivores, l’âne est un animal paisible et fort sympathique que l’esprit des hommes s’est plu à calomnier au fil des siècles pour en faire un symbole de la bêtise. Même le grand Lichtenberg écrivait malicieusement que l’âne lui semblait « un cheval traduit en hollandais ».

« Or, qui oserait dire que les poètes sont bêtes ? »

Certes, il arrive même aux plus talentueux d’entre eux d’écrire emportés par leur lyrisme des bêtises regrettables – « La femme est l’avenir de l’homme » –, mais de là, à décréter que les poètes sont des esprits obtus qui passent leur temps à mâchonner la toujours même mauvaise herbe langagière en prenant des airs pénétrants…

Il est vrai, je vous l’accorde, que l’âne brait et que nombre de poètes parmi les plus médiocres ne cessent jamais de braire qu’ils le sont. « Je suis poète ». « Je suis poète ». « Je suis poète »
Comme s’ils voulaient se convaincre qu’ils appartiennent bien à cette élite douteuse… Et comme si en dépendait leur existence en ce monde

C’est un brin ridicule, si je puis dire…

--------------------------------

« La femme est l’avenir de l’homme » est une phrase attribuée au poète Louis Aragon.

« Je suis poète » « Trois mots, trois grossièretés » – Voir publication précédente du 14 septembre. Faut-il rappeler qu’un certain Arthur Rimbaud écrivait d’un rapide trait de plume une phrase promise à une postérité incrédule : « Je est un autre » ?


Source image : Le Monde.fr

1 commentaire: