mercredi 18 avril 2018

sur le principe des "choses à faire avant de mourir"


Le texte a été écrit en 2009. Chaque phrase était alors numérotée. Mais je n’aime pas les chiffres : 1, 2, 3, 4, 5, etc. Georges Perec en proposait trente-six ou trente-sept. Il y en a ici trente-et-une.


Prononcer une fois un mot d’amour vrai.

S’ouvrir les veines par pure curiosité intellectuelle, afin de voir si le sang est vraiment aussi rouge qu’on le dit.

Etrangler sa honte et ne plus croire à la prétendue séparation du corps et de l’âme.

Ecrire une ode à la pornographie et un manifeste pour l’interdiction immédiate de la douleur.

S’entourer de fleurs en raison de leur caractère périssable.

Toujours se souvenir que l’on eût préféré être un oiseau…

Ne plus voir de fantômes.

Devenir un athée paisible.

Faire une fois comprendre à un imbécile qu’il en est un !

Avoir une conversation cohérente et logique avec une personne de l’autre sexe.

Eviter qu’elle se déshabille au terme de cette conversation.

Accueillir les histoires de famille avec le haussement d’épaules qu’elles méritent.

S’éviter le ridicule de devenir propriétaire d’une petite maison individuelle dans un quartier pavillonnaire. Ne rien vouloir savoir des prétendues joies du jardinage. Etre un perpétuel locataire.

Rester sauf accident sans héritiers…

Epeler sans rire le mot espérance. Et sans trembler le mot cancer.

Mépriser jusqu’au bout les cyniques et les blasés.

Répéter à qui veut l’entendre qu’il est plus honorable d’être balayeur que banquier.

Se convaincre que l’on est un excellent nageur chaque fois que l’on s’extrait de sa baignoire. Et bien se garder de toute autre activité sportive.

Oublier sa maladresse et danser une fois sans marcher sur les pieds de sa partenaire.

Bénir la musique, qui guérit de tout. Et réhabiliter tous les plaisirs de paresseux.

Apprendre à cuisiner autre chose que des pâtes au beurre. Aller jusqu’à manger des légumes.

Boire toute une semaine que de l’eau, afin de se convaincre que cela n’a aucun goût.

Sauter une fois en parachute plutôt qu’à l’élastique.

Marcher dans le désert du Sahara sans avoir l’air d’un touriste.

Aimer et la mer et la montagne.

Apprendre vraiment une langue étrangère. 

Bouter hors des dictionnaires toutes les sottises et les mensonges.

Ecrire un seul poème, mais définitif.

Etablir à l’usage des générations futures un palmarès des auteurs les plus ennuyeux.

Savoir que la vérité est dans Le rêve d’un curieux. Et glisser doucement dans un songe heureux, dont on ne se réveillera plus…

Savoir enfin comme Lucrèce, que la mort n’est rien pour nous…

                       
                                                                                  « Et voilà, tralala
                                                                                  Zut à celui qui le lira ! »
                                                                                              (Witold Gombrowicz)


---------------------------------

Pour écouter 36 choses à faire avant de mourir de Georges Perec
https://youtu.be/liGPmh6ca60

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire